Avec Thomas Lardeur, la Pureté hiératique s’impose!

Et c’est en «secrétaire de l’invisible» qu’il se définit. Cependant comment ne pas voir aussi…le visible? Chez lui, visible et invisible s’entrelacent ; comment ne pas regarder ces ovales majestueux, comment ne pas être troublé par cette beauté stupéfiante ? Thomas Lardeur est tombé en fascination devant cet alliage imaginé par l’homme ; c’est à partir de cet acier «noble, résistant à l’oxydation, froid en apparence, doux et chaud à la lumière», selon ses termes-qu’il traque l’invisible, ce sacré qui transcende l’Humanité. Cet acier, il le polit jusqu’au miroir, chacun peut s’y mirer ; un face à face vertigineux s’instaure, étonnant, déroutant, inquiétant, apaisant, exaltant tout à la fois, le miroir des Contes, face à soi, face à l’autre et au-delà de l’Homme, face à l’Enigme primordiale.
Suivez les ondulations, les irisations du miroir, elles vous mèneront au-delà du miroir dans les abysses insoupçonnés des jardins de la Création ; ce sont ces fluides cosmiques originels, universels que Thomas Lardeur saisit, ressent, anime ; c’est l’essence même de ces fluides qui constitue le sacré, ce pour quoi il est prêt à se sacrifier, ce qui donne sans à la Vie.

Miroir de Vie, ses sculptures retrace tous les aspects…en miroir. Doux et léger, tendre et violent, lisse et rugueux, il n’en finit pas d’inventorier ce matériau, de le caresser comme il caresserait une femme! Il joue de l’apparence pour mieux s’en abstraire, il ne faut pas s’y tromper! Les effets des pliés, alvéolés, creusés, striés, percés … exacerbent les notions de sensation, sensualité, sentiment, exaltant surtout celles mêmes de Mystère Sacré, d’absolue pureté. Les chatoiements de l’acier réfléchissent cette mémoire universelle, l’Histoire – de l’eau, de la terre, des éthers, histoire de l’Homme, – Mémoire et Histoire de l’invisible.

Comme l’Enfant, émerveillé devant cette splendeur, Thomas Lardeur traverse le miroir, fait naître et sensualise des miroirs, subtils, précieux, raffinés.
Il donne vie à cette Pureté originelle, quintessence de Beauté!

Texte de G. Léo, exposition de Saint-Mandé – Avril 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>